Économique, fiable et entièrement automatique

Les compétences de la société GEA en matière de transformation de la crème en huile de beurre ou en matières grasses laitières anhydres (AMF) ont créé de nouvelles opportunités de marché dans le secteur des produits laitiers.

Les huiles de beurre entrent dans la fabrication de nombreux produits, de la recombinaison du lait et des produits laitiers à la graisse de cuisson en passant par les matières premières des produits de boulangerie et des crèmes glacées. Et comme la population mondiale est en croissance constante, l'huile de beurre est en train de devenir une denrée très importante sur le plan stratégique.
 
La longue expérience alliée aux vastes compétences et au savoir-faire technique acquis dans le domaine de la conception de séparateurs et de décanteurs sont les pierres angulaires de notre capacité d'innovation. La société GEA propose des lignes et des installations de transformation clés en main pour produire de l'huile de beurre, dont la capacité peut atteindre 18 000 kg/h. En fonction des exigences spécifiques du client, le procédé peut être conçu pour produire des lots ou fonctionner en continu.
 
Afin d'obtenir de l'huile de beurre, on enlève pratiquement toute l'eau et la matière sèche dégraissée de la crème issue de la séparation du lait cru. L’huile de beurre, sous forme liquide à 42 °C, est définie par le Codex Alimentarius comme une matière grasse laitière anhydre (AMF) avec une teneur en matières grasses d'au moins 99,8 %.
 
La rupture de l'émulsion de l'huile dans l'eau et la séparation des composés de matières grasses non lactiques sont les objectifs clé du traitement de l'huile de beurre. En utilisant l'énergie mécanique pour rompre les membranes de globules gras, un homogénéisateur libère les matières grasses et agit sur l'inversion de phase associée. Toutefois, un processus en deux étapes est nécessaire pour séparer entièrement les phases d'huile et de sérum.
 
Des séparateurs hautes performances, auto-nettoyants, sont généralement utilisés dans le cadre de ce processus. Toutefois, la phase d'émulsion intermédiaire peut interférer avec le processus de séparation. Pour résoudre ce problème, la seule solution consiste à adopter des caractéristiques de conception particulières et à gérer le processus de manière optimisée.
 
De la crème d'une teneur en matières grasses d'environ 40 % est introduite dans le système et chauffée à 55–60 °C dans un échangeur à plaques. Cette température est nécessaire pour que la crème qui doit être concentrée dans la cuve du séparateur ait une faible viscosité et, parallèlement, une différence de densité significative par rapport au lait écrémé. La crème est ensuite concentrée dans une substance constituée à 75 % de matières grasses et pompée dans l'unité d'inversion de phase. Le babeurre est évacué du séparateur puis stocké, tandis que la crème à forte teneur en matières grasses est inversée sous haute pression dans l'homogénéisateur.
 
Dans le concentrateur d'huile, l'émulsion et le sérum β sont séparés (phase lourde de la phase d'huile légère) et renvoyés vers l'étape de concentration de crème. La phase d'huile légère, dotée d'une concentration de 99,5 %, est chauffée à 90–95 °C et lavée dans un dispositif de polissage de l'huile où s'évapore l'humidité résiduelle. À ce stade, l'huile de beurre ainsi obtenue se distingue par une teneur en huile d'au moins 99,8 % et, en tant que telle, est conforme aux standards de qualité les plus strictes.
 
GEA propose des concepts de systèmes complets dont le rendement est compris entre 500 et 18 000 kg/h. Un modèle d'évacuation du sérum α et du sérum β est également disponible, afin d'obtenir une forte valeur ajoutée issue des produits dérivés.