Deux hommes exceptionnels, tous deux prénommés Otto, se sont succédé aux manettes de GEA Tuchenhagen : son fondateur Otto Tuchenhagen et le Directeur général qui a pris la relève : Hans-Otto Mieth. Tous deux ont été à l’origine d’avancées technologiques qui ont révolutionné les procédés hygiéniques dans le secteur laitier et d’autres secteurs industriels. L’entreprise, qui a derrière elle des dizaines d’années de bons et loyaux services et de leadership ininterrompu, et fête maintenant son 90e anniversaire, peut être fière de son passé et envisager l’avenir avec confiance.

Le 27 novembre 1931, Otto Tuchenhagen fonde un cabinet de conseil et d’études spécialisé dans le secteur laitier dans la ville de Kiel, dans le nord de l’Allemagne. À l’époque, la région compte près de 500 exploitations laitières qui ont un flagrant besoin de modernisation. Comme il l’a reconnu dans ses mémoires, cet ingénieur entreprenant ne prévoyait pas alors de rester longtemps dans le secteur laitier, car il pensait que son travail allait « se limiter à des projets de mécanique simples, élémentaires », ce qui n’était pas à la hauteur de l’« ingénieur en mécanique de précision hautement qualifié » qu’il était. C’est donc non sans étonnement qu’il a constaté après coup avoir bâti toute sa carrière sur les défis posés par l’industrie laitière. Inventeur insatiable, il a été le premier à développer les pompes à lait centrifuges, qui ont remplacé les dispositifs à lobes rotatifs complexes alors utilisés. Il a dessiné des pasteurisateurs tubulaires et cylindriques, des échangeurs thermiques et des refroidisseurs. Son séparateur, qui ne générait pas de mousse, a enfin mis fin à la mousse qui envahissait le sol des laiteries, parfois jusqu’au genou, et était un problème fréquent dans les exploitations laitières de l’époque.

Très rapidement, Otto Tuchenhagen a multiplié les contrats pour de nouvelles exploitations laitières et des modernisations. Durant les années 1930 et 40, le jeune ingénieur qui avait alors peu de soutiens financiers a damé le pion à de nombreux fournisseurs traditionnels du secteur, prouvant qu’il n’avait pas peur d’irriter même quand il savait que les répercussions allaient se faire sentir durant le reste de sa carrière professionnelle. À la liste croissante de ses inventions sont venus s’ajouter la première ligne de remplissage de bidons à lait entièrement automatisée et le premier système de nettoyage automatique, précurseur de la technologie de nettoyage en place moderne. Cela signifiait aussi qu’à long terme les exploitations laitières pouvaient mettre en place une installation de nettoyage chimique après avoir remplacé leurs tuyauteries en cuivre étamé, bronze et aluminium par de l'acier inoxydable au chrome-nickel. Plus son portefeuille de projets et son expérience s'élargissaient, plus Otto Tuchenhagen était convaincu que même dans les exploitations laitières les plus modernes de l’époque, la méthode de pasteurisation du lait existante était peu fiable. À la fin de la Seconde guerre mondiale, la population allemande était encore approvisionnée avec du lait cru non pasteurisé ; seul le lait utilisé pour l'alimentation des nourrissons était pasteurisé.

Ma société a joué un rôle crucial dans l'automatisation, car nous avions un vrai vivier de ressources technologiques à exploiter auquel s’ajoutait le fait que nous avions commencé à nous intéresser à la télécommande 20 ans avant tout le monde, avec notre inverseur automatique. » – Otto Tuchenhagen, dans ses mémoires : « Otto Tuchenhagen – Maschinenfabrik in Büchen »

Piloter le changement dans l’industrie laitière allemande d’après-guerre

Après la guerre, époque à laquelle Tuchenhagen avait déménagé de Kiel à Hambourg, avant de quitter cette dernière à la suite des bombardements pour la petite ville de Büchen, les Forces alliées multipliaient les avertissements à l’encontre des produits laitiers allemands. Selon Otto Tuchenhagen lui-même, des bacilles de Koch vivants, les agents responsables de la tuberculose, pouvaient être détectés dans le lait allemand, et 90 % du bétail, pour ne pas parler de groupes entiers de garçons d’étable, étaient infectés par la tuberculose. Lors du Congrès national de l'industrie laitière en 1950, les exploitations laitières allemandes furent critiquées pour ne pas parvenir à enrayer les infections. Le verdict d’Otto Tuchenhagen fut encore plus dur ; il accusa les fabricants d’équipement laitiers du scandale hygiénique et déclara que les thermomètres lents et les organes de régulation TOR, comme les vannes à trois voies alors utilisées entre les lignes de vapeur et de condensat, rendaient simplement impossible une exploitation hygiénique de haute précision. Il invita l’industrie laitière à « changer radicalement ses méthodes ».

Otto Tuchenhagen et ses collaborateurs s’attaquèrent eux-mêmes au problème en développant des solutions de procédé pour éliminer les problèmes hygiéniques du secteur. Alors que certaines innovations peuvent sembler anodines aujourd’hui, comme par exemple les pieds-boules hygiéniques sous les machines ou le traitement anticorrosion de l’équipement électrique, ces améliorations se sont révélées précieuses pour la modernisation alors si nécessaire des technologies de transformation laitière. L’entreprise a même été en 1966 à l’origine d’une invention qui est devenue la norme dans le secteur pour l’installation et les circuits des équipements de pasteurisation1. Connue comme l’inverseur automatique Tuchenhagen, cette invention a rendu possible la commutation automatique entre le nettoyage des tuyauteries des chambres de lait cru et de pasteurisation avec l’aide de vannes et pompes. Résultat, des normes de niveau international ont été introduites dans la production laitière allemande, restaurant la confiance des consommateurs dans ces produits alimentaires.

L’inverseur Tuchenhagen, lancé en 1950, était un robinet à commande automatique, qui améliorait le procédé de pasteurisation et allongeait la durée de conservation du lait.
L’inverseur Tuchenhagen, lancé en 1950, était un robinet à commande automatique, qui améliorait le procédé de pasteurisation et allongeait la durée de conservation du lait.

Otto Tuchenhagen donna un coup de pouce appréciable aux premières exploitations laitières allemandes entièrement automatisée, pour qui son inverseur était un cadeau du ciel, vu qu’avec une production plus importante le nettoyage manuel était pratiquement impossible. Il écrivit d’ailleurs plus tard : « Ma société a joué un rôle crucial dans l'automatisation, car nous avions un vrai vivier de ressources technologiques à exploiter auquel s’ajoutait le fait que nous avions commencé à nous intéresser à la télécommande 20 ans avant tout le monde, avec notre inverseur automatique. »

Les ingénieurs de l’entreprise développèrent des pompes et des vannes nettoyables, ainsi que des systèmes de nettoyage pour les conteneurs, les machines et les lignes de production entières. Ces solutions constituent aujourd’hui encore le cœur de la gamme de produits de l’entreprise. Au fil du temps, Tuchenhagen a élargi ses activités à la supervision de la conception et de l’installation d’installations de production complètes. Ne se cantonnant plus aux exploitations laitières, l'entreprise a commencé à projeter des installations pour l’agroalimentaire et les boissons, les industries minière et chimique, les chantiers navals et les usines automobiles. Aujourd'hui encore, les entreprises font appel aux spécialistes de Tuchenhagen à chaque fois qu’elles ont besoin de vannes et de pompes qui répondent à des critères précis en matière d’hygiène et de performances.

Une première mondiale : la vanne à double siège

Dans les années 1960, Otto Tuchenhagen GmbH employait plus de 300 personnes et avait à son actif une liste impressionnante de 70 brevets. Cependant, l’invention qui a le plus contribué à façonner l’histoire de l'entreprise et, ce faisant, le futur de la transformation des produits alimentaires, a été sa vanne à siège à garniture mécanique double, une première mondiale. En 1967, l’entreprise a introduit la vanne à double siège qui assure la coupure antimélange des produits incompatibles aux points de raccordement des tuyauteries. Cette vanne et son principe de fonctionnement sont devenus le produit-phare de Tuchenhagen dans le monde. C’est encore aujourd’hui une technologie instrumentale pour la transformation sûre et hygiénique des liquides, du lait au ketchup.

Perfectionnée en 1975 avec la vanne à double siège VARIVENT® optimisée, cette innovation a même connu des débuts galactiques, car les scènes de la salle des machines du vaisseau spatial Entreprise ont été tournées dans la brasserie Anheuser Busch en Californie, une des premières brasseries clientes de Tuchenhagen. « Si vous connaissez nos vannes, vous pouvez repérer des têtes de vannes de la gamme VARIVENT® dans les films de la série, même si à l’époque elles étaient encore bleues, pas noires comme aujourd'hui, » révèle le Directeur général Franz Bürmann.

Désormais universellement reconnue comme la référence en matière de technologie de vanne hygiénique, VARIVENT® assure une mise en œuvre constante des principes de sécurité des produits et des procédés dans la production de liquides grâce à son système de vannes modulaire sophistiqué. VARIVENT® a reçu la consécration suprême en 2007 quand la vanne 24/7 PMO a été agréée en vertu de la très stricte Pasteurized Milk Ordinance (PMO) des États-Unis. Cela permettait, pour la première fois, aux installations laitières des États-Unis de fonctionner sans interruption. Avant cela, il fallait arrêter l’exploitation, parfois pendant des heures, pour de longs cycles de nettoyage. En 2022, GEA lancera la nouvelle génération de sa vanne VARIVENT®, qui deviendra sans aucun doute une nouvelle référence dans le secteur.

VARIVENT® est le fruit d’années de travaux de développement et d’une vaste expérience acquise au cours d’innombrables projets dans le monde entier. Nous sommes fiers de faire entrer cet héritage technique dans le futur. » – Franz Bürmann, Directeur général, GEA Tuchenhagen

L’expansion et un nouveau leadership

Alors que l’entreprise multipliait les projets d'ingénierie à la fin des années 1960 et réalisait notamment la première exploitation laitière automatisée d’Allemagne et, plus tard en 1972, la première brasserie clés-en-main du pays à Hambourg, Otto Tuchenhagen a commencé à réfléchir à passer le témoin. Expert en fermentation, Hans-Otto Mieth a été nommé Directeur général en 1975 et est ensuite devenu le nouveau propriétaire de l'entreprise. Il a joué un rôle essentiel dans la percée de l’entreprise dans les installations de brassage et est connu dans le secteur pour avoir conçu des cuves de stockage et de fermentation de bière qui ont mis fin à l’ère des cuves de fermentation ouvertes.

Mieth et son équipe ont continué à mettre l'accent sur la sécurité alimentaire et l'automatisation, tout en se tournant vers l’étranger et en se diversifiant. L'entreprise s’est ainsi concentrée sur de nouveaux domaines tels que l'automatisation et le contrôle-commande, les acquisitions, la fabrication de pasteurisateurs et de camions pour le transport du lait, et le développement de la technologie membranaire. Elle a ouvert des succursales commerciales à travers le monde et s’est agrandie en créant une seconde usine à Büchen pour la production de vannes automatisées.

Vue aérienne de l’usine de GEA Tuchenhagen à Büchen (Allemagne), le Centre de compétences en Technologies de vannes hygiéniques de GEA.
Vue aérienne de l’usine de GEA Tuchenhagen à Büchen (Allemagne), le Centre de compétences en Technologies de vannes hygiéniques de GEA.

Le vent en poupe avec GEA

Mieth a inscrit Otto Tuchenhagen GmbH sur la carte mondiale. Cependant, 1500 salariés et sept directeurs généraux résultait en un modèle économique plutôt dispersé. Ainsi, bien qu’il ait nié toute intention de passer « sous l’égide d’un groupe d’entreprises », Mieth s’est engagé dans cette voie en 1995 quand Tuchenhagen a été englobée dans GEA, formant l’épine dorsale des activités de technologie des procédés du Groupe.

GEA a réorganisé l'ex-Tuchenhagen par technologies et, en 2004, a même séparé l’usine des activités de génie mécanique, ce qui s'est révélé gagnant pour les deux entités. Conjointement avec les sécheurs-atomiseurs Niro, les activités d’ingénierie industrielle forment désormais le cœur de la Division Transformation des liquides et Technologies des poudres Les activités de génie mécanique, qui englobent la fabrication des composants, se poursuivent au sein de GEA Tuchenhagen (Division Technologies de séparation et de flux).

Aujourd'hui, l’entreprise développe des technologies pour les vannes et les pompes hygiéniques, ainsi que des systèmes de nettoyage pour assurer la sécurité des produits et le rendement des installations pour des clients des industries de l'agroalimentaire et des boissons, laitière, pharmaceutique et chimique. Elle dispose de plusieurs sites : Büchen (Allemagne), le Centre de compétence Technologies de vannes hygiéniques de GEA, Koszalin (Pologne), Bangalore (Inde) et Suzhou près de Shanghai (Chine). Dans le sillage de l’ultramoderne site polyvalent de Suzhou inauguré en 2018, la Factory of the Future de GEA, une usine neutre pour le climat est actuellement en construction sur le site historique de Koszalin. À la fin du premier semestre 2022, le nouvel établissement commencera à produire des pompes hygiéniques et des composants, et livrera des machines complètes en suivant les principes de la modularité.

Clara Stolp, Technicienne mécanique-soudure Construction, a commencé à travailler sur le site de Büchen de GEA en 2016, dans le cadre d’un contrat d’apprentissage.
Clara Stolp, Technicienne mécanique-soudure Construction, a commencé à travailler sur le site de Büchen de GEA en 2016, dans le cadre d’un contrat d’apprentissage.

Chez GEA Tuchenhagen, il n’est pas rare de rencontrer des salariés qui ont 30 ans d’ancienneté ou plus. Nombreux des membres du personnel sont passés avec satisfaction sous le giron de GEA. Il est très fréquent que les stagiaires restent dans l'entreprise durant toute leur vie professionnelle, et de nombreux employés et cadres qualifiés ont commencé leur carrière ici. Une des raisons qui expliquent l’esprit d'équipe fantastique qui règne, est un excellent programme de formation qui permet aux apprentis et aux étudiants de travailler côte à côte avec nos collaborateurs hautement qualifiés dans nos ateliers.

Ulrike Meyn, Directrice des ressources humaines chez GEA Tuchenhagen, a elle-même fêté ses 30 ans dans l’entreprise et est fière des scores exceptionnels obtenus à tous les indicateurs de performance RH à Büchen :

  • ancienneté moyenne : 20 ans (hors formation) ;
  • taux de formation : plus de 10 % ;
  • turn over des salariés : moins de 1 %.

« Lorsque vous arrivez chez nous, vous arrivez dans une grande famille. Vous pouvez compter sur une maison solide où vous pouvez apprendre et grandir, être stimulé, prendre de l'assurance et où vous êtes libre d’explorer et de saisir les opportunités qui s’offrent à vous au sein d’un groupe international leader. »

Andreas Gressmann, Responsable-adjoint Assemblage, est un ajusteur de formation qui est entré dans l'entreprise à Büchen, en 1977.
Andreas Gressmann, Responsable-adjoint Assemblage, est un ajusteur de formation qui est entré dans l'entreprise à Büchen, en 1977.

Pour moi, travailler pour GEA Tuchenhagen est l’idéal. J’ai commencé comme apprenti dans l’équipe qui faisait les cuves il y a 44 ans et je suis aussi content aujourd'hui que je ne l’étais le jour où j’ai commencé. » – Andreas Gressmann, Mécanicien industriel, GEA Tuchenhagen, Büchen

Franz Bürmann, qui est devenu Directeur général en 2000, ajoute : « Nous sommes parvenus à rendre l’entreprise plus forte en développant continuellement nos produits et nos procédés. Les effectifs ont augmenté et l'entreprise est en plein essor. Cette progression au cours des 20 dernières années s’est traduite par une sécurité de l’emploi réelle pour nos salariés ainsi que par de très bons résultats commerciaux. » Ces deux éléments se reflètent dans la saine assurance que vous confère le fait d’être un leader technologique, plutôt que de devoir rattraper ou suivre les autres.

Les piliers-clés d’un succès futur assuré : modularité, digitalisation et durabilité

Nous sommes GEA Tuchenhagen

« Notre but a toujours été de satisfaire les besoins de nos clients », explique Bürmann. Pour cela, nous devions entre autres adapter notre gamme de vannes modulaire à des exigences de marché spécifiques. Par exemple, la gamme FLOWVENT a été adaptée et est maintenant fabriquée dans l’établissement de production de composants de tuyauterie de pointe de Suzhou pour servir la clientèle chinoise. Des plans ont été élaborés pour adapter cette même gamme pour le marché indien. Ce principe modulaire permet à nos clients d'exploiter nos solutions même lorsque leurs systèmes de production présentent des spécificités et de bénéficier, par conséquent, des avantages de l’emploi de pièces standardisées. Cela simplifie la gestion des stocks et la maintenance, et minimise le coût total de possession.

La conception des composants est essentielle pour piloter ce changement transformationnel, à la fois sur le plan de la digitalisation et sur celui de la durabilité. Bernd Porath, Chef de produit, résume cela en ces termes : « La disponibilité des installations, la robustesse et la répétabilité des procédés sont essentiels pour une majeure durabilité. Configurées de manière optimale, les technologies de procédés durables jouent un rôle essentiel pour l’exploitation fluide des installations de nos clients. Les fonctions automatisées sophistiquées et les options de feedback contribuent aussi à une meilleure empreinte climatique. Nous allons, par conséquent, ajouter des fonctionnalités supplémentaires à notre gamme de vannes, de la régulation au diagnostic des procédés et à la maintenance prédictive. Ces thèmes sont depuis toujours ceux qui stimulent nos innovations technologiques et ils resteront centraux dans le travail des techniciens en génie des procédés de demain. »

1Erhitzerausschuss (1966) : « Richtlinien für die Schaltung und Montage von Erhitzungseinrichtungen », mis à jour dans 1998_Kieler_MW_FoBer_v50(4)p343-356.pdf (openagrar.de)

Aller au début
Retour
Merci d’entrer une adresse électronique valide

Merci de patienter, nous traitons vos informations.

Merci de vous être abonné !
Rendez-vous dans votre boîte de réception et cliquez sur le lien dans notre email de confirmation pour valider votre inscription.

Oups, il y a eu un problème.
Veuillez réessayer dans quelques minutes.