Des insectes pour le futur : Une petite solution pour un grand défi

12 Dec 2022

GEA Superfood

Notre planète compte plus de 7 milliards d’habitants. Aujourd’hui, près de deux milliards d’entre eux consomment régulièrement un des plus de 2000 insectes comestibles qui existent dans le monde. Historiquement et si l’on examine l’évolution, l’enthomophagie (la consommation d’insectes) est la règle, pas l’exception.

De nombreuses personnes la trouvent répugnante, dégoûtante ou répulsive. Mais quand Jörg Heidhues, Stefan Kirchner et Dirk Sindermann, qui sont respectivement ingénieur process, directeur commercial et responsable de la technologie de process pour les matières premières renouvelables, regardent les insectes, ils voient avant tout une chose : des possibilités. La possibilité de produire des protéines de haute qualité d’une manière qui soit respectueuse de l’environnement. La possibilité d’intégrer la production de flux d’aliments secondaires pour un cycle durable. Et la possibilité de sécuriser l’approvisionnement en protéines mondial d’une manière qui soit neutre pour le climat sur la durée.

Un super aliment gagnant-gagnant

« Si vous regardez les aspects nutritionnels, économiques et environnementaux, il est vite évident que les insectes sont riches en vitamines et nutriments, et ont une forte teneur en protéines », explique Stefan. « Ils sont également bon marché à élever et efficaces en termes de ressources, car ils ont un cycle de développement court, une croissance de population rapide et une augmentation de poids journalière importante, avec un taux de conversion élevé. Jusqu’à 80 % du poids du corps peuvent être utilisés pour l’alimentation. À titre de comparaison, ce chiffre est de 55 % pour le poulet et de 40 % pour le bétail. » Sur le plan environnemental, cela signifie que l’espace requis, la consommation d’eau et l’empreinte carbone sont réduits, » ajoute Jörg.

Protéine de haute qualité GEA

« Nous pouvons créer un nouveau type d’économie circulaire ». - Stefan Kirchner

- Stefan Kirchner

Deus ex Machina dans l’Exoskeleton

« Compte tenu du problème qui est le nôtre actuellement, la population mondiale grandissant, la hausse de la demande de protéines est telle que nous ne pouvons pas la satisfaire avec les sources de protéines traditionnelles telles que le bétail, sans causer de dommages irréparables sur le plan de l’environnement et du climat, nous avons rapidement besoin de solutions de remplacement durables », explique Stefan. Jörg ajoute : « Par ailleurs, les insectes offrent la possibilité d’une économie circulaire durable. Nous pouvons utiliser les flux secondaires de la production agroalimentaire pour élever des insectes ».

Les insectes sont aussi une alternative durable sur le plan de l’alimentation animale : « Après tout, dans la nature aussi les poules mangent des insectes », constate Dirk. L’ingénieur process Jörg Heidhues partage un exemple de ce que pourrait être le fonctionnement d’un système interconnecté zéro déchet durable : « Supposons qu’un client possède un élevage de poules pondeuses, il peut convertir alors une petite partie des bâtiments pour accueillir des insectes, construire une installation de biogaz pour la production d’énergie et ajouter une ferme piscicole. Le résultat sera un circuit fermé autonome, pratiquement sans aucun déchet, qui sera neutre pour le climat. »

« Bien sûr, cela nous amène aussi à penser de manière créative aux synergies qui peuvent être créées pour nos clients existants : les exploitations laitières, les brasseries et les moulins à huile avec leurs divers flux secondaires », explique Sindermann.

Propriétés des aliments

« Les choses les plus importantes pour les protéines alternatives sont le côté fonctionnel et un goût neutre. » - Dirk Sindermann

- Dirk Sindermann

Extraction des protéines : il faut du savoir-faire pour savoir faire

« L’élevage d’insectes à grande échelle a commencé il y a une trentaine d’années. Tout est parti principalement des universités qui ont redécouvert les insectes comme un moyen biologique de protection des plantes et les ont utilisés dans des serres, les coccinelles, par exemple, se délectent de pucerons. Cependant, l’élevage diffère nettement du fractionnement, qui consiste à les rendre utilisables pour les lipides et les protéines. C’est justement notre domaine d’expertise et il était donc pratiquement inévitable que nous soyons impliqués.

Nous nous occupons de tout ce qui doit être fait après la sélection des insectes, de sorte que les protéines d’insectes soient prêtes à être utilisées dans les industries agroalimentaires humaine et animale. Cela inclut la dévitalisation des larves, le broyage et le chauffage, la séparation réelle des protéines dans le décanteur ainsi que l’évaporation et le séchage successifs, et le polissage de la phase lipide.

Il y a cependant quelques difficultés à surmonter. Par exemple, les protéines d’insectes tendant à s’oxyder pendant le séchage, ce qui en retour influe sur la stabilité et le goût du produit fini. Notre ligne de process garantit une séparation hautement efficace, de sorte qu’il y a moins d’oxydation », explique Kirchner. L’évaporateur contribue également à économiser de l’énergie.

« Tandis que 1,3 à 1,8 tonne de vapeur sont nécessaires pour l’évaporation d’une tonne d’eau dans le sécheur, l’évaporateur sous vide utilise la chaleur de la condensation produite en tant que source d’énergie. De cette façon, 50 % de l’eau peut être supprimée du sécheur sans énergie thermique supplémentaire. Cette étape est réellement payante et non pas uniquement pour ce qui est des coûts actuels de l’énergie », dit Stefan Kirchner. « Nous concevons et construisons des centrifugeuses depuis 130 ans et travaillons avec tous les types de variétés de protéines depuis plus de 60 ans, explique Dirk Sindermann, mais ce n’est pas qu’une histoire de décennies d’expérience, ici chez GEA tout le monde est uni pour trouver des solutions sur mesure pour nos clients. »

« C’est comme dessiner une cuisine, » explique Dirk. Votre cuisine doit être adaptée aux besoins du client, à ses recettes et à ses produits finis. Elle doit coller parfaitement à ses besoins, le four le plus performant et le plus à l’avant-garde ne servira à rien si votre principale activité est de fabriquer des smoothies. C’est pour cela que nous devons savoir quels sont les besoins avant, pendant et après un processus. Par conséquent, nous nous appuyons aussi sur l’extraction par voie humide avec la technologie de la séparation centrifuge pour les protéines d’insectes, parce que par rapport aux processus par voie sèche alternatifs, elle a non seulement l’avantage d’un taux d’oxydation lent, comme nous l’avons déjà dit, mais c’est aussi plus écoénergétique et assure une qualité produit générale plus élevée. »

Aliments de substitution durables

« La première chose à faire est d’aller au labo et de demander quelle est la meilleure manière de broyer cet insecte-là ? » - Jörg Heidhues

- Jörg Heidhues

Testez avant d’investir

Jörg Heidhues continue : « La première chose à faire est d’aller au labo et de demander quelle est la meilleure manière de broyer cet insecte-là ? » Est-ce que le temps de rétention et/ou la valeur de pH ont un impact ? C’est pour cela que nous soutenons les travaux universitaires comme les mémoires de licence et les thèses de master. Par exemple, nous avons trouvé que la transformation des insectes était plus complexe une fois qu’ils avaient été congelés et nous avons appris comment éviter l’effet de brunissage, c’est-à-dire le brunissage rapide du produit fini dû à l’oxydation, comme quand vous coupez une pomme, en commençant par les dévitaliser. Étant donné que nous envisageons toujours l’étape suivante chez GEA, nous sommes en mesure de préparer des concepts pour l’avenir, l’extraction d’isolats de protéines avec des valeurs de protéines arrivant à 90 % et avec la plus haute disponibilité biologique possible, » ajoute Jörg Heidhues.

« Et sous la forme d’une poudre neutre, avec une fonctionnalité maximale et un goût neutre, économe en ressources, neutre pour le climat et efficace sur le plan environnemental, bref, tout ce que vous pourriez demander d’une protéine », complète Dirk Sindermann.

Les insectes GEA pour l’avenir

Le saviez-vous

Alors que la consommation d’insectes comestibles (l’entomophagie) est une tradition et une habitude bien ancrée dans de nombreux pays, l’Europe vient juste de mettre en place une législation pour les nouveaux aliments. Tous les aliments, contenus et ingrédients, qui n’ont pas fait l’objet d’une consommation humaine à grande échelle dans l’UE depuis plus de 25 ans doivent être autorisés par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). La législation sur les nouveaux aliments ne se limite pas à couvrir les insectes, elle s’applique aussi à de nombreux produits tels que, par exemple, les graines de chia qui sont très appréciées des consommateurs. L’EFSA a approuvé les graines de chia en tant que nouvel aliment, tout en recommandant dans une note d’avertissement de ne pas consommer plus de 15 grammes de graines par jour. En mai 2021, le ver de farine jaune, plus précisément la larve du Tenebrio molitor qui est un coléoptère, est devenu le premier insecte évalué dans le cadre de la législation sur les nouveaux aliments et sa commercialisation a été depuis autorisée pour l’alimentation, aussi bien sous forme d’insectes séchés entiers que sous forme de poudre. De plus, il peut aussi être utilisé sous forme de poudre jusqu’à hauteur de 10 % en volume dans de nombreuses denrées alimentaires telles que des pâtes, des biscuits et des produits à base de protéines. Le criquet migrateur a suivi en novembre 2021, puis le grillon en février 2022. Le scarabée Buffalo attend encore l’autorisation finale, tout comme le grillon domestique des Tropiques et la larve de mouche soldat noire, mais ces produits peuvent déjà être proposés à la vente conformément à un accord de transition.
Recevez l’actualité de GEA

Restez au courant des innovations et des activités de GEA en vous inscrivant aux actualités de GEA.

Contactez-nous.

Nous sommes là pour vous aider ! Nous avons besoin de quelques renseignements pour pouvoir répondre à votre demande