Mégadonnées : transformer la santé animale et le bien-être des vaches

17 juin 2024

GEA helps dairy cows avoid lameness with AI solution

Détecter tôt les pathologies au sein du cheptel est crucial pour une production agroalimentaire soutenable. L’internet des objets (IDO), les capteurs et le traitement des mégadonnées permettent une surveillance en temps réel et l’alerte des éleveurs en cas de problèmes du bétail, ce qui leur permet d’intervenir en temps opportun. GEA a récemment ajouté un système d’intelligence artificielle avant-gardiste à ses solutions pour aider les éleveurs laitiers à lutter contre les boiteries au sein de leur cheptel, et à améliorer ce faisant le bien-être animal et la productivité.

L’industrie laitière innove constamment pour abaisser l’impact environnemental de la production de lait. Et, elle le fait en se concentrant sur des objectifs concrets tels que la réduction des émissions ou la diminution du niveau de consommation d'eau et d’énergie. Ces efforts sont motivés par le besoin de répondre à la demande en continuelle croissance de lait et produits laitiers, alimentée par une population mondiale grandissante et l’augmentation de la classe moyenne.

Un levier important pour rendre l’élevage laitier plus durable est la santé des vaches. Conditions sine qua non pour la réussite d’un élevage laitier, le bien-être des vaches et une bonne santé du troupeau exigent une attention constante de la part des éleveurs. 

L'importance du bien-être animal pour une production de lait durable

Les vaches bien soignées et en bonne santé développent moins de pathologies et produisent, par conséquent, plus de lait de plus haute qualité. Résultat, les revenus des éleveurs augmentent tandis que les coûteux frais de vétérinaires diminuent. Mieux encore, les éleveurs qui ont des normes de bien-être élevées sont mieux équipés pour s'adapter aux règlementations et à la demande en évolution des marchés. Ces exploitations peuvent améliorer leur résilience aux crises, notamment en cas d’épidémie, en maintenant le niveau de santé général du troupeau et, en particulier, en réduisant la survenance de pathologies comme les boiteries. 

Les éleveurs qui pratiquent un élevage bienveillant et donnent la priorité à la santé des animaux sont, par ailleurs, des employeurs plus attractifs, plus facilement choisi par les ouvriers agricoles compétents, ce qui est essentiel à une époque caractérisée par une pénurie de main d’œuvre qualifiée. Dans une exploitation laitière par ailleurs, un taux de rotation plus faible se traduit par de meilleures performances commerciales.  Sans compter que les exploitations qui privilégient le bien-être animal ont tendance à devenir des leaders du secteur, à être en première ligne sur le front de l’innovation et à établir des normes qui améliorent les relations au sein des communautés locales et avec les autres parties prenantes. 

Enfin, du point de vue environnemental, les pratiques animales bienveillantes sont parfaitement alignées sur les méthodes d’élevage durables, ce qui peut réduire l’empreinte environnementale de l’élevage laitier. Par exemple, les vaches saines ont de meilleurs taux de conversion alimentaire, ce qui optimise l’utilisation des ressources et réduit les déchets.

Lutter contre la boiterie dans le cheptel laitier

Les boiteries constituent un des plus grands défis auxquels sont confrontés les éleveurs qui veulent maximiser la production de lait de leurs vaches laitières. La cause première des boiteries sont souvent des blessures ou des infections au niveau des onglons. L’examen de plus de 50 études sur les boiteries des vaches laitières publié dans le Veterinary Journal 2023 a permis d'établir que l’incidence de la boiterie est de 23 % dans le cheptel laitier mondial, le degré d’incidence variant avec la région et les conditions de gestion. Cette pathologie est extrêmement douloureuse et a un impact négatif considérable sur la santé et le bien-être des vaches. Par exemple, une vache qui boîte produit moins de lait et, en l'absence de traitement, le risque de réforme anticipée augmente. 

Le coût des boiteries, qui inclut les pertes de production de lait, les performances de reproduction plus basses et les factures des traitements vétérinaires, qui peuvent facilement se chiffrer en centaines d’euros par animal et par an en fonction de la gravité de l’infection. Même les traitements médicamenteux peuvent entraîner une baisse de rendement puisque le lait ne peut alors pas être vendu. Compte tenu du taux d’incidence et des répercussions sur la santé du troupeau et la production de lait, les éleveurs laitiers doivent surveiller de près leur troupeau. Mais comment gérer cela à une époque où la taille des troupeaux et la complexité de l’élevage laitier augmentent ? 

La première ligne de défense pour prévenir les pathologies des onglons est une bonne gestion des vaches. Celle-ci commence par des conditions appropriées dans la stabulation ainsi que par une désinfection des sabots et un parage réguliers. Détecter les premiers signes de boiterie est difficile et requiert de l’entraînement et de l'expérience. Les vaches ont naturellement tendance à dissimuler les signes de boiterie, ce qui signifie que le nombre de cas non détectés peut être relativement élevé. Lorsque la taille du troupeau augmente et, avec elle, la complexité des opérations d’exploitation, surveiller de près les différentes vaches devient plus difficile, mais ce n’est pas une fatalité. Aujourd’hui, les éleveurs peuvent tirer parti des technologies d’élevage intelligentes qui automatisent la surveillance de leur cheptel.

En utilisant ce logiciel basé sur l’IA, les producteurs laitiers peuvent surveiller leurs vaches plus efficacement et de manière plus précise, et réagir rapidement pour améliorer le bien-être de leurs animaux et la productivité.

Holger Siegwarth

Vice-président Solutions et services numériques, GEA

L’intelligence artificielle fait faire un bond en avant à l’élevage de précision

GEA a récemment acheté la solution d’intelligence artificielle (IA) CattleEye, qui permet une détection précoce et la prévision des boiteries. Le système CattleEye se compose d’une caméra installée au-dessus de la sortie du système de traite, qui capture et enregistre chaque vache quand elle quitte la salle. Le logiciel associé analyse les images enregistrées en se concentrant sur les schémas de mouvement des vaches pour détecter toute anomalie. En évaluant ces schémas, le logiciel attribue une note de mobilité à chaque vache, en indiquant pour chacune si elle est en bonne forme physique et nourrie correctement.

Livestock monitoring with CattleEye

« GEA a toujours considéré la santé et le bien-être des vaches comme une condition sine qua non pour une production de lait soutenable et rentable », dit Holger Siegwarth, Vice-président Solutions et services numériques chez GEA. « Mettre en œuvre des technologies IA innovantes dans nos outils de gestion de troupeau est naturellement l’étape suivante de notre philosophie Next Generation Farming. En utilisant ce logiciel basé sur l’IA, les producteurs laitiers peuvent surveiller leurs vaches plus efficacement et de manière plus précise, et réagir rapidement pour améliorer le bien-être de leurs animaux et la productivité », souligne H. Siegwarth. Un autre gros avantage du système CattleEye est qu’il est adapté aussi bien aux nouvelles stabulations qu’aux fermes laitières existantes, et ce, quel que soit le système de traite utilisé. 

Une fiabilité étayée par des preuves scientifiques

En 2021, l’Université de Liverpool a effectué une étude indépendante en double aveugle dans trois élevages de bovins lait britanniques afin de comparer les résultats obtenus avec le système CattleEye à ceux d’une observation humaine experte. L’étude a conclu que les performances de CattleEye étaient similaire à celles réalisées par un expert en chair et en os pour ce qui était de l’attribution des notes de locomotion, mais qu’elles étaient supérieures quand il s’agissait de détecter les lésions des onglons. Dans un essai comparatif randomisé récent dans une autre grande exploitation d'élevage laitier anglaise, il a été observé que seules 6 % des vaches surveillées par CattleEye finissaient par réellement boiter contre 14 % pour celles suivies en utilisant les protocoles de gestion des boiteries actuels. 

« Étant donné que le secteur réclame toujours plus de données, il est clair que les outils d’intelligence artificielle tels que CattleEye aident les éleveurs laitiers à augmenter la productivité et la santé de leurs troupeaux », dit H. Siegwarth. Traire des vaches plus saines résulte en une production de lait supérieure, ce qui aide les éleveurs à garder leur rentabilité tout en satisfaisant les attentes des consommateurs en matière de bien-être animal.

Podcast Dairy Farming Insights

Écoutez GEA Dairy Farming Insights, le podcast d’information et de divertissement pensé par la communauté de l’élevage laitier !

Que vous soyez un éleveur expérimenté, commenciez tout juste ou soyez simplement curieux d’en savoir plus sur le monde du lait, joignez-vous à nous pour explorer cet univers en évolution constante qu’est l’agriculture et en découvrir grâce à de nombreux témoignages les challenges, les innovations et les réussites. Nous parlons de ce qu’est une production laitière moderne, orientée vers le futur et basée sur les piliers de la Next Generation Farming (en français « traite de nouvelle génération ») : bien-être animal, flexibilité et développement durable.

Rejoignez notre « cowmunauté » (« cow » signifie vache en anglais) pour voyager dans le vaste monde de la production laitière. Vous verrez, chaque épisode est une mine d’informations et une source d’inspiration !
Ne manquez pas l’épisode 7 : Transformer le bien-être des vaches avec l’IA : La détection des boiteries entre dans une nouvelle ère

Spotify | Apple Music | RSS Feed

Recevez l’actualité de GEA

Restez au courant des innovations et des activités de GEA en vous inscrivant aux actualités de GEA.

Contactez-nous.

Nous sommes là pour vous aider ! Nous avons besoin de quelques renseignements pour pouvoir répondre à votre demande