Action climatique des entreprises : 3 étapes essentielles pour réduire les émissions Scope 3

15 jan 2024

Corporate climate action: 3 steps to reduce Scope 3 emissions
Article de Stefan Klebert, Président-Directeur Général du Groupe GEA

Le besoin d’agir urgemment pour le climat n’a fait qu’augmenter avec les années écoulées depuis l’Accord de Paris en 2015. Le changement climatique a des effets tangibles grandissants dans le monde entier. Le Global Stocktake (Bilan mondial) de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de 2023 (la COP28), qui s’est conclu récemment, est un processus d’évaluation important, qui a dressé une fois encore un constat clair : Nous ne sommes collectivement pas à la hauteur de nos ambitions climatiques. Il est temps d’accélérer nos efforts.

Le secteur des entreprises, en particulier, a une responsabilité unique, qui est aussi une opportunité, et qui est de piloter un changement de grande ampleur. L’étape la plus importante de cette trajectoire consiste pour les entreprises à réduire les émissions de leurs opérations. Mais, pour celles qui veulent vraiment changer les choses, c’est une simple phase préliminaire à une intensification des efforts touchant l’intégralité de la chaîne de valeur. Pour y parvenir, nous devons :
1. Faire des émissions Scope 3 une priorité
Les émissions de gaz à effet de serre indirectes de nos fournisseurs et des produits que nous commercialisons, ce que l’on appelle les émissions Scope 3, constituent souvent la plus grosse partie de l’empreinte carbone d’une entreprise. Les reconnaître et s’y attaquer est essentiel. Alors que de nombreuses sociétés mesurent diligemment leurs impacts climatiques directs (Scope 1 et 2), l’impact plus important associé à leurs chaînes d’approvisionnement et aux cycles de vie de leurs produits est souvent négligé. Une approche systémique est nécessaire.

C’est la raison pour laquelle l’engagement de GEA à atteindre zéro émission nette d’ici 2040 n’est pas limité pas à nos opérations directes. Il englobe tous les scopes d’émissions et concerne l’ensemble de notre chaîne de valeur. Cette ambition à long terme est renforcée par les cibles intermédiaires pour 2030, que nous venons d’augmenter considérablement. Pour assurer que nos objectifs suivent les dernières avancées de la science climatique et soient en ligne avec les objectifs de l’Accord de Paris, nous les avons également communiqués à la SBTi (Science-based Targets Initiative, Initiative objectifs fondés sur la science), qui est reconnue dans le monde entier. Celle-ci devrait valider nos objectifs au cours du premier trimestre 2024.

Compte tenu de leur nature complexe, les émissions Scope 3 peuvent uniquement être réduites de concert avec les fournisseurs d’une entreprise, ses clients et d’autres parties prenantes. Pour réussir, une démarche qui associe innovation et collaboration est de mise. Pour les entreprises du secteur de l’ingénierie et de la fabrication comme la nôtre, cela signifie avant-tout et surtout adapter les produits et les solutions que nous offrons. Compte tenu de la longévité de nos produits, l’impact environnemental des machines que nous vendons aujourd’hui peut perdurer pendant des décennies. C’est pour cette raison que nous nous concentrons sur la conception de machines qui utilisent moins de ressources et sont moins émettrices durant leur cycle de vie. Par ailleurs, nous nouons très tôt des partenariats avec nos clients pour maximiser le potentiel des technologies d’aujourd’hui. Adopter une approche complète, à 360 ° degrés, nous permet de réaliser des améliorations significatives. Plus important encore, ce qui est efficace pour le développement durable de notre planète est, en général, également positif pour nos finances ; cela requiert juste des efforts et des investissements initiaux. Après tout, les efforts visant à économiser les ressources ne sont pas uniquement bénéfiques pour l’environnement, ils débouchent aussi sur des économies de coûts à long terme et sur une efficience opérationnelle accrue. Pour une entreprise comme GEA, se concentrer sur le développement durable est également un facteur de succès clé dans un marché toujours plus demandeur de solutions respectueuses de l’environnement.
2. Exploiter le pouvoir de l’approvisionnement
Un autre domaine-clé pour réduire les émissions Scope 3 réside dans le pouvoir de l’approvisionnement. En se concentrant sur ce point souvent sous-estimé, les entreprises peuvent entreprendre une transformation qui va au-delà de leurs opérations immédiates. La logique est séduisante : lorsque les leaders climatiques fixent des objectifs de développement durable rigoureux et impliquent leurs fournisseurs en leur demandant de s’engager davantage et d’être plus transparents, ils créent un effet domino qui s’amplifie le long de chaînes de valeur entières.

Pour avancer, les entreprises doivent encourager un dialogue ouvert avec leurs fournisseurs tout en exigeant que ceux-ci autorisent des auditeurs de confiance à établir une carte de score de développement durable, partagent des données pour l’analyse du cycle de vie de leurs produits et s’engagent à atteindre des objectifs de développement durable validés par la SBTi. Les fournisseurs, qui ne se conforment pas à ces exigences, perdront leur statut de fournisseur privilégié. De telles mesures engendrent une forte motivation, y compris au sein de sociétés, qui étaient auparavant réticentes à l’idée de faire de la décarbonation de leurs opérations une priorité.
GEA Supplier Summit, 2023: Because of their complex nature, Scope 3 emissions can only be reduced together with suppliers, customers and other stakeholders. (Image: GEA)

Sommet des fournisseurs de GEA, 2023 : Compte tenu de leur nature complexe, les émissions Scope 3 peuvent uniquement être réduites de concert avec les fournisseurs d’une entreprise, ses clients et d’autres parties prenantes. (Image : GEA)

Notre expérience montre que de nombreux fournisseurs sont plus que désireux d’apporter leur contribution dans ce domaine. Le Sommet annuel des fournisseurs de GEA témoigne de cette volonté, nous fournissant une plateforme pour parler développement durable avec ceux qui nous approvisionnent en composants métalliques et électroniques, et en de nombreux autres produits intermédiaires. Ce modèle peut être répliqué par d’autres.
3. Établir des jalons intersectoriels pour les fournisseurs
Le virage vers des normes de développement durable plus strictes et un engagement plus proactif des fournisseurs, opéré par des sociétés leaders, est un développement significatif et bienvenu. Mais, en joignant nos efforts, nous pouvons en amplifier l’impact et motiver un plus large éventail de fournisseurs. À l’heure actuelle, les fournisseurs sont souvent confrontés à un patchwork de priorités, d’attentes et d’horizons temporels qui diffèrent, et qui s’explique par la variété de leurs clients. Cette situation souligne le besoin de plus de collaboration et de leadership.

En tant que membre de l’Alliance of CEO climate leaders (Alliance des PDG leaders du climat) du Forum économique mondial, j’ai trouvé important d’aider à mettre en place un tel pilotage intersectoriel. Nous nous sommes, mon équipe et moi-même, impliqués activement dans le développement du Scope 3 Upstream Action Plan (Plan d’action contre les émissions Scope 3 en amont). Lancé à la COP28, ce plan, qui est le résultat de la collaboration de grandes entreprises mondiales, est un outil essentiel pour impliquer les fournisseurs et les encourager à décarboner. Il appelle les membres de l’alliance à fixer des objectifs Scope 3 alignés sur une trajectoire zéro émission nette à l’horizon 2050 d’ici 2025 et à commencer à impliquer au moins 30 % de l’ensemble de leurs fournisseurs, toujours d’ici 2025. En 2026, cet engagement devrait s’élargir à au moins 67 % des fournisseurs et, d’ici 2028, les fournisseurs devront établir leurs propres objectifs Scope 1-3, en adéquation avec une trajectoire zéro émission nette à l’horizon 2050, et publier leurs émissions.

Les accords, tels que le Plan d’action Scope 3, fournissent un cadre commun pour progresser, en alignant ce que nous demandons à nos fournisseurs et la façon dont nous les encourageons à le faire.
Une réponse conjointe pour un monde meilleur
S’attaquer à la crise climatique exige une réponse solide, en particulier du secteur des entreprises. Adopter des stratégies de réduction des émissions Scope 3 à 360 °, intégrer la décarbonation dans les stratégies d’approvisionnement et établir un cadre intersectoriel pour l’engagement des fournisseurs sont des étapes vitales vers une manière plus durable de gérer les activités. La tâche est titanesque, mais le potentiel de contribuer à un monde meilleur est immense.

Cet article de Stefan Klebert, Président-Directeur Général de GEA, est apparu pour la première fois sur le blog de l’Agenda du Forum économique mondial : Action climatique des entreprises : 3 étapes essentielles pour réduire les émissions Scope 3.
Sustainable procurement at GEA

Approvisionnement durable chez GEA

Conformément à notre stratégie d’entreprise et à nos objectifs climatiques, GEA est mobilisée pour accomplir sa raison d’être : Engineering for a better world. À l’instar d’autres sociétés, nous nous appuyons sur une myriade de partenaires et fournisseurs pour assurer le succès de nos clients dans de nombreux secteurs d’activité très variés. Réduire l’impact climatique de nos activités requiert, par conséquent, un engagement similaire de la part de nos fournisseurs. Pour rester un fournisseur-clé ou de catégorie « A », les partenaires de GEA doivent :

  • accepter le Code de Conduite de GEA pour les fournisseurs et les sous-traitants, qui assure le respect des droits humains et de la responsabilité environnementale ;
  • s’inscrire auprès d’EcoVadis et partager les scores obtenus dans le cadre de réunions d’évaluation de performance pour améliorer notre performance en matière de développement durable à travers toute notre chaîne d’approvisionnement ;
  • s’engager à atteindre un objectif de réduction des gaz à effet de serre, approuvé par la SBTi (Science Based Targets initiative) ;
  • s’engager à aider GEA à effectuer des analyses de cycle de vie en partageant les données d’émission primaires des produits fournis à GEA.

C’est grâce à ce niveau d’engagement et de transparence de nos fournisseurs, que nous réduisons notre impact climatique collectif tout au long de nos chaînes de valeur.

Recevez l’actualité de GEA

Restez au courant des innovations et des activités de GEA en vous inscrivant aux actualités de GEA.

Contactez-nous.

Nous sommes là pour vous aider ! Nous avons besoin de quelques renseignements pour pouvoir répondre à votre demande