Les gels douche, savons liquides pour le corps, démaquillants, dentifrices et savons sont des produits d'hygiène personnelle qui jouent un rôle important pour nous aider à rester propre, en bonne santé et à se sentir bien dans notre peau. Les fabricants du monde entier ont mis au point une gamme complète de liquides, gels, savons et crèmes à utiliser, au choix, pour nous laver, nous rafraîchir ou nous revigorer.

L'exfoliation représente un aspect important des soins corporels. Les produits abrasifs doux pour éliminer les cellules sèches/mortes de la peau du visage ou du corps libèrent et éliminent la saleté incrustée dans les pores, améliorent la circulation sanguine, éclaircissent le teint, neutralisent les imperfections et laissent la peau lisse et fraîche. 

Exfoliants

Pour répondre à la demande des consommateurs, l'industrie cosmétique a investi des millions de dollars dans le développement et l'intégration d'exfoliants légers dans leurs produits.

Traditionnellement, les exfoliants étaient produits à partir de sources naturelles, notamment des noyaux broyés ou de la pierre ponce, mais l'augmentation de la demande constatée ces dernières années a mené au développement d'alternatives synthétiques, communément appelées microbilles. Généralement produites à partir de polyéthylène ou de polypropylène, les microbilles offrent une alternative économique, de haute qualité et inerte aux exfoliants naturels. 

Les minuscules particules de moins de 0,5 mm de diamètre, présentes dans les microbilles, sont à la fois efficaces et délicates pour la peau, et sans aucun risque pour les consommateurs. La contribution des microplastiques – issus de diverses sources – à la pollution des cours d'eau et des océans et, finalement à la santé humaine et au bien-être, suscite toutefois une préoccupation croissante. Une étude menée par des scientifiques du gouvernement britannique dévoile des chiffres qui montrent que 100 000 particules en plastique pourraient être déversées dans l'océan en une seule douche. Les chiffres de l'Environmental Investigation Agency (EIA) estiment que 80 000 à 219 000 tonnes de microplastiques sont rejetées chaque année par l'Europe dans l'écosystème marin1

Polluants environnementaux

Les effets potentiels sur la vie marine sont nombreux. Le Groupe mixte d'experts sur les aspects scientifiques de la protection de l'environnement marin (GESAMP) indique que les microplastiques peuvent nuire physiquement aux tissus de l'appareil digestif et, étant donné que les microbilles peuvent absorber des polluants environnementaux toxiques, ils peuvent effectivement empoisonner les organismes marins qui les ingèrent.2

En analysant 504 poissons de la Manche, les scientifiques ont découvert des plastiques dans les voies digestives de plus du tiers d'entre eux.3 Une autre étude a conclu que 10 % du poids d'un oiseau marin peuvent se composer de plastiques ingérés.3 Parmi les plus de 280 espèces marines, dont il a été prouvé qu'elles avaient ingéré des microplastiques, nombreuses jouent des rôles importants dans les chaînes alimentaires et les écosystèmes marins.3

Des recherches sont en cours pour découvrir à quel point les microbilles présentes dans l'écosystème marin peuvent nuire aux être humains en rentrant dans la chaîne alimentaire humaine. Les scientifiques craignent en effet que la présence de microplastiques dans les aliments puisse augmenter potentiellement l'exposition des êtres humains aux produits chimiques associés au plastique utilisés dans les microbilles.

De nombreux fabricants de cosmétiques ont déjà éliminé les microbilles synthétiques des produits rincés, comme les gels douche, les nettoyants pour visage et les dentifrices, d'autres ont engagé ce processus. Les gouvernements, y compris ceux du Royaume-Uni et des États-Unis, interdisent également l'utilisation et/ou la fabrication de microbilles pour ces groupes de produits à l'échelle nationale. Le groupe de défense de l'environnement Greenpeace a appelé le gouvernement britannique à bannir la vente et la fabrication de microbilles dans les produits rincés d'ici 20174, « l'interdiction la plus vigoureuse imposée aux microbilles dans le monde à ce jour5 »

 Si la législation représente une étape importante pour purifier nos océans des microplastiques toxiques, les nouvelles lois ne couvrent que les produits conçus pour être lavés ou rincés et qui finissent par conséquent dans les égouts. Elles ne concernent pas les produits comme les écrans solaires qui restent sur la peau. Selon les fabricants,6 pour éliminer les microbilles synthétiques de ce type de cosmétique, ils devraient reformuler jusqu'à 90 % de leurs produits.  

Alternatives naturelles aux microbilles

Les sociétés de cosmétiques s'efforcent néanmoins de relever le défi qui consiste à retirer les microbilles de leurs produits, et nombreux recourent à des alternatives naturelles, comme le sucre ou le sel, des noyaux d'abricots, de la pierre ponce, de la silice, du marc de café et des coquilles de noix.

Les scientifiques s'emploient également à développer des alternatives écologiques aux microbilles synthétiques. Un équipe de l'Université de Bath  au Royaume-Uni, par exemple, a mis au point un processus robuste, en continu de fabrication de microbilles saines, totalement biodégradables à partir d'une des ressources naturelles les plus abondantes et parfaitement renouvelables, à savoir la cellulose,7 qui est le composant structurel des arbres et des plantes. 

Alternatives naturelles aux microbilles

Mise au point des technologies adaptées pour l'industrie

GEA comprend parfaitement les besoins de l'industrie pour fabriquer des produits innovants de qualité supérieure, à base d'ingrédients naturels. Depuis plusieurs années, nous apportons notre plein soutien au secteur des soins personnels, en proposant des solutions de traitement pour la fabrication sûre, hygiénique et fiable de savons, crèmes, liquides et gels. « Les ingrédients naturels se détériorent ou se dégradent plus facilement que les polymères synthétiques, ce qui peut avoir des répercussions importantes sur les coûts de la chaîne d'approvisionnement et la qualité des produits des clients, » déclare Greg Gillaspy, Responsable Technologie pour les Applications HPC chez GEA. « Nous concevons des solutions capables de traiter les ingrédients naturels dérivés les plus sensibles, pour une flexibilité et une polyvalence absolues. »

Les technologies GEA permettent aux clients de rester flexibles et de fabriquer des produits d'hygiène personnelle qui contiennent des particules de toute taille, composition et densité, des noyaux broyés dans les exfoliants faciaux jusqu'aux cristaux de sucre dans les huiles essentielles, à l'aide de processus reproductibles. « Le secteur de l'entretien ménager et des soins personnels se veut résolument dynamique et novateur, pour pouvoir répondre aux tendances en perpétuelle évolution dans le monde, aux comportements émergents et aux changements rapides des attentes des clients » ajoute Greg. « Chez GEA, nous développons des systèmes de fabrication robustes, mais aussi polyvalents pour satisfaire les besoins en constante évolution des processus clients. » 

Fabrication par lots et en continu

Le mélange et le lavage sont des étapes clés dans la fabrication de produits exfoliants pour la peau. GEA propose des solutions d'homogénéisation efficace, pour garantir le traitement délicat des composants de base et des particules suspendues, quelle que soit la viscosité. Notre mélangeur BATCH FORMULA™ à grand cisaillement en continu pour les lots par cuve, et le système de brassage en ligne DICON™ pour la production en continu assurent un mélange fiable et homogène, quels que soient les ingrédients, la composition finale et la viscosité.

Les systèmes GEA sont conçus pour aider à prévenir la contamination et le transport de microparticules naturelles, ce qui renforce la productivité, la qualité et la sécurité. De plus, les solutions efficaces de nettoyage en place, sobres en ressources, des systèmes GEA réduisent considérablement la consommation d'eau et d'énergie, et minimisent les déchets, pour aider l'industrie à mettre en place la protection durable de l'environnement. 

Et Greg de conclure « Les technologies et les solutions de GEA offrent à l'industrie toute liberté de développer de nouveaux produits attrayants à partir d'ingrédients naturels, avec l'assurance de gérer les ressources rares, de minimiser les déchets et de créer des solutions manufacturières durables, pas seulement maintenant, mais pour l'avenir ».

Fabrication par lots et en continu

Références

1. Commission d'audit environnemental de la Chambre des communes britannique. Impact des microplastiques sur l'environnement. Quatrième rapport de session 2016-2017 :
https://publications.parliament.uk/pa/cm201617/cmselect/cmenvaud/179/179.pdf
2. Rapports et études GESAMP n° 90. Sources, destins et effets des microplastiques dans l'environnement marin : une évaluation globale.
http://ec.europa.eu/environment/marine/good-environmental-status/descriptor-10/pdf/GESAMP_microplastics full study.pdf
3. Parlement britannique. Audit environnemental. Impact des microplastiques sur l'environnement. 2016
https://publications.parliament.uk/pa/cm201617/cmselect/cmenvaud/179/17902.htm
4. Ministère britannique de l'environnement, de l'alimentation et des affaires rurales. Résultat de la consultation : Interdiction d'utiliser des microbilles dans les cosmétiques et les produits d'hygiène personnelle. Dernière mise à jour en septembre 2017
http://www.bath.ac.uk/news/2017/06/08/scientists-make-biodegradable-microbeads-from-cellulose/
5. Greenpeace. Microbilles – Nous avons gagné ! 11-17 juillet 2017
https://www.greenpeace.org.uk/microbeads-we-won/
6. The Independent. Interdiction des microbilles : Décision du gouvernement de bannir les microplastiques des produits cosmétiques. 2017
http://www.independent.co.uk/environment/microbeads-ban-bill-uk-cosmetic-products-government-outlaws-microplastics-a7852346.html
7. Université de Bath. Des scientifiques produisent des microbilles biodégradables en cellulose. 2017
http://www.bath.ac.uk/news/2017/06/08/scientists-make-biodegradable-microbeads-from-cellulose/

Aller au début
Retour