Des millions de nouveau-nés, d’enfants et d’adultes du monde entier reçoivent des vaccinations qui nous protègent contre des maladies dévastatrices comme la diphtérie, la rougeole, la poliomyélite et la coqueluche, qui sont causées par des virus et des bactéries pathogènes.

Contrairement à la plupart des médicaments qui soignent ou traitent une maladie ou une infection existante, les vaccins stimulent nos systèmes immunitaires pour qu’ils soient prêts pour la survenue du microorganisme infectieux, de manière à pouvoir le détruire avant que nous ne tombions malades. Certaines des maladies les plus mortelles et invalidantes au monde ont été pratiquement éradiquées dans de nombreux pays grâce à la vaccination systématique des enfants. Le nombre de cas de poliomyélite, par exemple, a diminué de 99 % dans le monde depuis 19881

Un enfant sur cinq ne reçoit pas les vaccinations élémentaires

Aujourd’hui, il existe des vaccins efficaces contre 26 maladies et plus de 120 nouveaux produits sont en développement dont 60 vaccins particulièrement importants pour le monde en voie de développement2. La couverture vaccinale actuelle dans le monde évite chaque année entre 2 à 3 millions de décès3, mais si nous parvenions à accroître encore la portée des programmes de vaccination, il serait possible de sauver 1,5 million de vies supplémentaires par an3. L’UNICEF précise qu’un enfant sur cinq ne reçoit pas les vaccins élémentaires dont il a besoin pour rester en bonne santé et être protégé4. Faire arriver les vaccins qui sauvent la vie jusqu’aux habitants des villages les plus éloignés, assurer la chaîne du froid, créer des dispensaires et permettre à tous d’avoir accès à du personnel soignant et à des équipements médicaux, sont des enjeux majeurs dans les régions pauvres ou reculées.

Le clivage de la fabrication de vaccins

Selon l’OMS, le marché mondial de la vaccination pourrait atteindre 100 Mrd USD en 20252, mais il y a un clivage important en volume et en valeur entre les pays à haut revenu du monde développé et les pays en voie de développement à revenu faible ou intermédiaire. Les pays à haut revenu représentent près de 82 % des ventes de vaccins en valeur dans le monde (principalement du fait des quatre grandes multinationales productrices de vaccins que sont GlaxoSmithKline, Merck & Co, Sanofi et Pfizer), mais seulement près de 20 % des vaccins utilisés dans le monde en volume. 

Ces producteurs de premier rang sont à l’origine de vaccins dont le prix est élevé, développés en utilisant les dernières technologies et pouvant offrir des avantages tels qu’un nombre moindre d’effets indésirables. Ces vaccins sont commercialisés dans les pays à haut revenu qui peuvent se les permettre. Les producteurs de second rang produisent des volumes importants à bas coût. Ce groupe comprend plus de 50 producteurs d’Amérique latine, du Moyen-Orient, d’Afrique et de la zone Asie-Pacifique, qui sont membres de l’alliance Réseau des fabricants de vaccin des pays en développement (DCVMN). L’objectif des fabricants du DCVMN est d’assurer un approvisionnement constant et pérenne de vaccins de qualité à un prix abordable pour les pays en développement.  

Le marché des vaccins

La médecine préventive pour le monde en développement

Des agences comme l’UNICEF et l’Organisation panaméricaine de la santé achètent des vaccins aux fabricants du DCVMN pour les pays à revenu faible et intermédiaire, qui au total ne représentent qu’environ 18 % des ventes annuelles de vaccins en valeur, mais près de 80 % du nombre de doses vendues dans le monde chaque année. L’UNICEF fournit des vaccins pour 45 % des enfants de moins de cinq ans dans le monde chaque année et, en 2016, a acquis 2,56 milliards de doses de vaccins qui oint été distribuées dans 95 pays5. Il est capital de disposer de vaccins efficaces, sûrs et bon marché, pour assurer que les populations des pays les plus pauvres aient accès à ces moyens préventifs qui sauvent des vies.

Qu’est-ce qu’un vaccin ?

Les vaccins sont des préparations biologiques qui sont elles-mêmes inoffensives. La vaccination consiste à introduire une partie d’une bactérie ou d’un virus nocif pour stimuler le système immunitaire qui, d’une part, cherche à détruire ce qu’il perçoit comme un élément étranger et, d’autre part, génère une mémoire de longue durée pour être prêt pour de futures attaques. Si la personne vaccinée entre par la suite en contact avec le microorganisme vivant, son système immunitaire développe une réponse immune plus rapide et plus forte pour éradiquer la nouvelle infection avant qu’elle ne s’installe.

Un vaccin peut être une forme atténuée mais vivante de la bactérie ou du virus, une forme inactivée du microorganisme ou, même, une partie d’une toxine bactérienne. Les composants biologiques des vaccins sont fabriqués à l’échelle industrielle dans des cellules bactériennes, de levures ou de mammifères, qui sont cultivées dans des fermenteurs, des bioréacteurs ou même dans des œufs de poule, qui restent l’approche la plus courante pour produire les vaccins contre la grippe saisonnière. 

La fabrication d’un unique lot de vaccins peut prendre plusieurs mois. Le procédé de fabrication de n’importe quel vaccin comprend plusieurs étapes, à commencer par la fermentation, la séparation et l’homogénéisation, auxquelles s’ajoutent le mélange, la formulation et éventuellement la lyophilisation. Chaque phase est soumise à des procédures de contrôle qualité strictes pour assurer l’uniformité, la sécurité et l’efficacité de chacune des doses de vaccin qui quittent l’usine. Les fabricants de vaccins effectuent des investissements colossaux en matériel et en technologies d’automatisation et de contrôle de procédés, qui doivent tous recevoir le feu vert des agences réglementaires comme l’OMS. Des autorisations supplémentaires délivrées par des organismes de réglementation comme la FDA aux États-Unis sont nécessaires pour pouvoir commercialiser les vaccins dans les différents pays. 

La fabrication des vaccins

Les technologies de fabrication de vaccins dans le monde

GEA est le chef de file mondial de la conception et de la configuration de systèmes de fermentation microbienne et cellulaire pour l’industrie mondiale des vaccins. Nous fournissons des technologies autonomes et modulaires, et configurons et installons des usines de vaccins complètes. L’éventail de notre savoir-faire va des systèmes de culture cellulaire aux homogénéisateurs et aux systèmes de filtration, en passant par les solutions de formulation et de lyophilisation. Nous pouvons en sus fournir et préparer des systèmes d’inactivation biologique pour le traitement des déchets et des effluents.

GEA travaille en étroite collaboration avec chacun de ses clients producteurs de vaccins. Nous assistons certaines des plus grosses multinationales de vaccins durant les phases de conception et d’installation, que ce soient pour de nouvelles installations ou l’agrandissement ou la modernisation d’installations existantes. Nous travaillons aussi en partenariat avec des fabricants du DCVMN dans le monde entier pour soutenir une production sûre et fiable de vaccins à bas coût. 

Des partenariats avec les fabricants sur les marchés émergents

GEA est bien conscient que les producteurs des marchés émergents n’ont pas toujours accès à des installations sûres de haute qualité au niveau local. C’est pour cela que nous concluons des partenariats avec ces fabricants auxquels nous apportons des procédés, des technologies et une expertise technique essentiels dans le domaine de la production de vaccins, ainsi que des équipements critiques pour la séparation, la lyophilisation, la fermentation ou la rupture cellulaire. Avec nos équipements, les fabricants des pays en développement peuvent construire des installations de fabrication de vaccins homologuées par l'OMS dans leurs pays, et fournir aux populations locales des millions de doses de vaccins. Fabriquer les vaccins sur place réduit les coûts, les exigences de transport et de chaîne du froid, et l’empreinte carbone. 

Le savoir-faire de GEA, par ailleurs, aide les fabricants du DCVMN à concevoir et configurer des installations de fabrication de vaccins entièrement nouvelles à la fois plus efficaces, plus rentables et plus durables, pour assurer une fabrication de vaccins plus écologique, sûre et abordable pour les générations à venir. 

Les obstacles sur la voie de l’accès global

Certains vaccins sont efficaces dès la première dose tandis que d’autres en requièrent deux, voire trois, qu’il faut souvent administrer à plusieurs semaines d’intervalle. Ce n’est pas un problème dans les pays développés où l’infrastructure de santé est solide et où il n’y a pas de barrières en matière d'accès aux soins. Cependant, le besoin de répéter les doses peut être vraiment problématique dans les régions isolées où les habitants doivent parfois parcourir des kilomètres à pied en portant enfants et bébés pour consulter un médecin ou des soignants, qui bien souvent n’effectuent que de rares tournées. 

Dans le même ordre d'idées, si certains vaccins lyophilisés restent stables aux températures ambiantes, pour d’autres formules la chaîne du froid est un maillon important qui devient un problème de taille dans les contrées reculées. L’UNICEF, qui est le premier acheteur de vaccins au monde, s’est procuré près de 80 Mio USD de matériel de chaîne du froid en 20176 et travaille avec des partenaires et les gouvernements pour assurer une chaîne du froid efficace.  

Des technologies intelligentes pour de nouvelles formulations

GEA conjugue également ses savoir-faire dans le domaine des technologies de formulation, de la lyophilisation et du séchage par atomisation avec l’expertise des développeurs et fabricants de vaccins pour aider à mettre au point de nouveaux procédés pour la fabrication et l’élaboration de vaccins. Nos technologies de séchage par atomisation et de lyophilisation aident les entreprises technologiquement à l’avant-garde à développer des préparations vaccinales, qui résistent aux conditions météorologiques extrêmes, se conservent plus longtemps sans nécessiter de réfrigération et puissent être transportées plus facilement jusqu’aux zones difficiles et reculées.

Aller au début
Retour