« Pourquoi encore externaliser la déshydratation de nos boues ? », s’est demandé water-link au début de l’année 2012. En collaboration avec GEA, la société anversoise de distribution d’eau a construit un conteneur qui renferme une unité de fabrication de polymères et un décanteur centrifuge, afin de déshydrater ses boues de manière optimale. « La déshydratation et le transport de nos boues sont désormais automatisés. De plus, nous avons réduit de moitié nos coûts opérationnels », déclare Sven Kempeneers, Process Engineer chez water-link. Il nous explique les 6 gains qu’a rapporté l'installation du décanteur.

water-link sur le marché belge

sigle water-link

En tant que plus grand producteur d’eau de Flandre, water-link évolue sur trois segments du marché : le marché résidentiel, l’industrie et les autres sociétés de distribution d’eau. Concrètement, water-link fournit chaque jour de l’eau potable à plus d’un million de personnes. Sven Kempeneers : « Dans notre flux principal, nous épurons les eaux de surface en en extrayant les particules en suspension, les micro-organismes, les algues, etc. La déshydratation des boues n’intervient donc que dans le flux résiduel, mais elle influence notre flux principal. »

GAIN N° 1 – un processus plus efficace

« Autrefois, les boues étaient stockées dans un bassin et étaient traitées et évacuées par un partenaire externe une à deux fois par an. Comme les boues étaient stockées pendant une durée beaucoup plus longue, elles étaient aussi plus dégradées (formation d’ammoniac, par exemple), surtout en été. Grâce à cette installation, les boues sont déshydratées en continu : les boues déshydratées sont éliminées et évacuées immédiatement. Nous pouvons ainsi travailler plus efficacement : nous extrayons plus d’eau des boues et nous pouvons réinjecter plus facilement cette eau plus pure dans notre flux principal. »

GAIN N° 2 – un meilleur résultat

« De manière générale, nous pouvons dire que 1 % de matières sèches en plus fait diminuer le coût opérationnel de 5 %. Grâce à cette installation, nous retenons une quantité plus concentrée de matières sèches : nous avons pu faire passer le pourcentage de matières sèches de 0,1 % à16 - 22 %. GEA nous a garanti que nous obtiendrions au moins 600 kg de matières sèches par heure, ce qui est effectivement le cas. Depuis la mise en service, nous avons réalisé trois tests de performance, tous satisfaisants. »

GAIN N° 3 – un impact moindre sur l’environnement

« Les boues sont plus concentrées. Nous devons donc en évacuer de moins grandes quantités. Les boues sont réutilisées comme combustible dans l’industrie du ciment et seront bientôt aussi employées comme matériau lors du rehaussement des digues et des routes. »

GAIN N° 4 – simplicité

« Il faut le reconnaître : chez water-link, nous connaissions peu les techniques de déshydratation des boues et nous ne disposions pas non plus du personnel ni des moyens pour nous y intéresser de plus près. À l’exception de quelques rares ouvrages de génie civil, GEA a géré ce projet du début à la fin : la conception (compte tenu des exigences élevées en matière d’insonorisation, d’isolation et de ventilation), les travaux, les éléments de l’installation, la livraison, la mise en service et même la formation de notre personnel et de nos collaborateurs chargés du contrôle. L’automatisation pousséeréduit au minimum les interventions éventuelles de notre personnel. »

GAIN N° 5 – aucun souci, même après la mise en service

« Grâce à cette approche tout en un, GEA a pu nous garantir non seulement un meilleur résultat, mais aussi un service de qualité après la mise en service. GEA est un acteur local, qui dispose d’une équipe de dix techniciens. Nos équipes sont toujours disponibles, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, pour nous aider, si nécessaire. En outre, le coût de la maintenance sur cinq ans était tout à fait acceptable. »

GAIN N° 6 – une réduction de 50 % des coûts opérationnels

« En règle générale, nous récupérons l’investissement dans de tels travaux de construction en dix ans. Selon les calculs actuels de rendement, nous aurons déjà récupéré notre investissement dans cinq ans. »

Un produit de grande qualité

Les résultats sont impressionnants et water-link est enthousiaste. Cet enthousiasme est également dû à la manière dont GEA a surmonté les obstacles durant ce projet. « Les boues qui contiennent de l’aluminium ne sont pas aisées à traiter », explique Sven. « Elles ne sont pas comparables aux boues bioactives d’Aquafin, par exemple. En été, les algues sont plus nombreuses qu’en hiver ; un rinçage au charbon actif est effectué de temps en temps. Mais GEA a toujours pris ses responsabilités et a abordé avec énergie les problèmes éventuels. Pour ce faire, l’entreprise a toujours pu compter sur le soutien de sa société mère allemande. Il y a parfois eu du stress de part et d’autre, mais finalement, GEA a fourni un produit de grande qualité dont nous sommes très contents. »

6 avantages de l'infographie water-link
Retour