Le sentiment de bien-être associé aux aliments et boissons probiotiques stimule la demande du marché pour ces produits.

Que sont les « probiotiques » ?

Selon la définition développée par l'organisation mondiale de la santé, les probiotiques sont « des micro-organismes vivants, qui, lorsqu'ils sont administrés en quantités adéquates, exercent une action bénéfique sur la santé de l'hôte. » Ces micro-organismes sont de minuscules cellules vivantes, telles que des bactéries, des moisissures et des levures. La théorie sous-jacente aux bénéfices potentiels des probiotiques remonte au début du 20ème siècle, et est attribuée au biologiste russe Elie Metchnikoff. Metchnikoff, lauréat du Prix Nobel de médecine en 1908, a suggéré que le vieillissement était partiellement provoqué par des bactéries toxiques présentent dans les intestins et qu'il serait possible d'augmenter la durée de vie en remplaçant ces microbes nuisibles par les microbes bénins présents dans l'acide lactique. Une recherche réalisée en 1920 a suggéré que la bactérie que Metchnikoff ajoutait à sa propre régime, sous forme de lait fermenté, ne pouvait, en fait, pas survivre dans les intestins humains. Et les débats visant à déterminer si les probiotiques ont véritablement des effets bénéfiques sur la santé font rage depuis.

Certaines données indiquent que les probiotiques présenteraient des vertus thérapeutiques, par exemple dans la prévention des allergies ainsi que dans la prévention et le traitement des maladies diarrhéiques. Cependant, la plupart des bienfaits médicaux sont le résultat de l'utilisation de doses importantes de bactéries. Le « dosage » dans les produits alimentaires et les suppléments varie énormément. Par exemple, un seul pot de yaourt à boire probiotique contient 6,5 milliards de bactéries, tandis qu'un sachet de 4,4 grammes de supplément VSL3 en contient 450 milliards. Il y a débat sur les douzaines de souches de bactéries probiotiques : certaines sont-elles plus efficaces que d'autres, et est-il préférable de les utiliser de façon combinée ? Les bactéries peuvent en outre être efficaces uniquement lorsqu'elles sont vivantes. Leur survie dans les aliments est un problème compliqué qui met en œuvre, entre autres, la composition chimique du produit auquel elles sont ajoutées (y compris leur acidité et leur teneur en oxygène) et les conditions de stockage du produit, telles que sa température.

Preuves scientifiques

Cependant, un domaine dans lequel les bienfaits sont prouvés est l'utilisation de suppléments probiotiques dans les aliments pour animaux de compagnie et animaux d'élevage. Les chiens, les chats et les chevaux ont des appareils digestifs similaires à ceux des humains, et ils bénéficieraient tous d'un ajout de « bonnes bactéries » à leur régime, notamment pour la réduction des effets secondaires des antibiotiques (qui tuent sans distinction les « bonnes » et les « mauvaises » bactéries). L'effet des suppléments sur les cochons et les poules est encore plus remarquable, et suggère qu'ils peuvent permettre jusqu'à 24 % d'augmentation du taux de prise de poids des animaux.

Cultures alimentaires d'origine microbienne (MFC) et technologie GEA

La production des cultures alimentaires d'origine microbienne (MFC) nécessite une manipulation en douceur, dans des conditions hygiéniques et fraîches. Il est également crucial d'éviter les contaminations croisées entre les différents lots. GEA aide les clients à satisfaire ces exigences via une technologie avancée de séparation, de fermentation, d'échange thermique, de refroidissement, de séchage et de réfrigération. 

GEA propose toute une gamme de séparateurs stérilisables à la vapeur en mesure de traiter les cultures de façon fiable et efficace. Avec une capacité de production de 10 000 à 20 000 litres par heure, la centrifuge stérilisée à la vapeur CFE 300 est la plus grande de son type au monde. Elle est dotée d'une enceinte pressurisée pour éviter que le bactéries ou cellules vivantes ne s'échappent. Les séparateurs de cultures GEA permettent l'exécution des processus automatiques de nettoyage en place et de stérilisation en place, pour éviter la contamination croisée entre différents produits. Ils sont également conçus pour évacuer le concentré au niveau de la tête du bol, de façon que les cellules séparées soient exposées à des forces de cisaillement inférieures à celles d'un équipement traditionnel. 

Pour la phase de fermentation, GEA propose une gamme complète de composants de traitement de liquide, particulièrement conçus pour la manipulation des souches de bactéries sensibles dans des conditions stériles constantes. Les fermenteurs traitent généralement des volumes de lots compris entre 100 et 100 000 litres. Avec l'équipement de procédé GEA, le produit fermenté est lyophilisé ou desséché par pulvérisation, dans des conditions stériles, avec des températures douces de séchage, de façon à assurer un taux maximal de survie. 

GEA fabrique et fournit une technologie de refroidissement et des échangeurs de chaleur leader sur le marché pour une grande variété d'applications, notamment le traitement thermique de produits probiotiques. Les équipements incluent des échangeurs de chaleur, des refroidisseurs d'air pour armoires frigorifiques et chambres froides, et des condenseurs à refroidissement par eau pour la réfrigération et la climatisation. GEA conçoit, développe, installe et effectue la maintenance d'équipements de refroidissement et de congélation utilisés dans toute l'industrie alimentaire.

Retour