Une hausse de la production de lait et la mise en place d’une nouvelle routine (à la fois moins opérationnelle et plus stratégique) ont été les principaux gains de l’opération.

La famille Goin et sa ferme

Ferme laitière avec litière compostée
Bâtiment d'élevage sur compost avec les ventilateurs GEA Magnum XC Evoluting

Jusqu’en août 2017, la ferme de Godallatte, qui se trouve dans la ville de Paraí (dans l’État de Rio Grande do Sul au Brésil), avait une routine typique des fermes brésiliennes. Il y avait deux traites par jour, la première très tôt le matin, requérait un rassemblement intense du troupeau, qui comprend aujourd’hui 110 vaches Holstein en lactation, abritées dans des stabulations sur compost.

Depuis, cependant, le procédé traditionnel de collecte du lait, qui rythmait depuis toujours le travail de la famille Goin, propriétaire de la ferme, a été remplacé par une solution bien plus simple et moderne reposant sur l’utilisation d’un système de traite automatique. L’éleveur a porté son choix sur un Monobox produit par GEA, une multinationale technologique allemande, qui est une référence mondiale dans le domaine des solutions novatrices pour les exploitations agricoles du monde entier.

Cette nouvelle ère de la ferme de Godallatte a été déterminée par un changement survenu à la tête de l’exploitation. Sérgio Goin a, en effet, cédé à son fils de 27 ans, Douglas Goin, la direction de la ferme. Ce dernier a accepté de relever le défi mais s’est engagé à moderniser le système de production de lait de l’exploitation. « L’automatisation a été décisive pour cette nouvelle phase de l’exploitation », explique le jeune éleveur.
 
Grâce à l’adoption du robot et aux changements survenus dans l’ordre de priorité des employés, la routine de Douglas est bien différente de celle qui fut celle de son père pendant des décennies. En bref, une bonne partie du travail de gestion de l’exploitation a commencé à pouvoir être fait en ligne, depuis son habitation qui se trouve à une douzaine de kilomètres de la ferme. 

« Avec le Monobox, ma routine quotidienne s’est sensiblement améliorée, car je peux gérer les séances de traites où que je me trouve. J’ai juste besoin d’une connexion Internet pour accéder à l’ordinateur de la ferme. Grâce à ce changement, une bonne partie des travaux manuels complexes ont été remplacés par des tâches plus stratégiques », explique Douglas.

 

En plus d’une routine plus détendue, la traite automatisée a également permis à l’éleveur de concilier la gestion de son exploitation avec d’autres activités professionnelles, ce qui était impossible avec l’ancien système de production. Douglas, qui est également vétérinaire diplômé, travaille également comme nutritionniste pour une entreprise d’aliments pour animaux, un poste qu’il n’a pas l’intention d’abandonner.



 

Des avantages conséquents

Une gestion intelligente des vaches
Surveillance à distance avec les outils de gestion de troupeau de GEA

En six mois d’exploitation, le Monobox a aidé Godallatte à augmenter sa productivité et, par conséquent, son chiffre d’affaires. Actuellement, le troupeau assure une moyenne de 2,7 séances de traite par jour. La production laitière par vache a également augmenté : avant l’automatisation, elle était de près de 29 litres par vache. La moyenne est maintenant de 32 litres, mais les prévisions tablent sur 45 litres par vache dans les cinq prochains mois. « L’amélioration de la production et de la qualité avec la traite automatique a été une des principales raisons qui nous ont incités à investir dans ce système. Mon objectif d’ici trois à quatre ans est de monter une usine de transformation laitière », explique Douglas.
 
Une autre avancée formidable pour l’exploitation a été l’optimisation de la main d’œuvre, car les deux salariés qui travaillaient exclusivement à la traite ont été affectés à d’autres travaux. « Le système de traite traditionnel impose un processus de gestion des vaches répétitif, souvent à des horaires mal commodes, et qui s’accompagne de nombreux challenges et risques », constate Evandro Schilling, Chef de produit chez GEA. « Avec l’automatisation, ce n’est plus le cas. »

La fourniture de divers types de données particulièrement utiles pour l’éleveur est un autre gros avantage du Monobox. « Avec plus de données sous la main, il est plus facile de gérer l’exploitation et de prendre des décisions, » ajoute Douglas. « Auparavant, par exemple, la mesure du lait était effectuée manuellement une fois par mois. Maintenant, c’est une information que nous avons tous les jours. Le système a également amélioré la détection de chaleur avec l’introduction du système électronique CowScout de GEA, qui nous aide à inséminer plus de vaches et à sélectionner les meilleures bêtes pour les garder dans le troupeau. »

Selon le jeune éleveur, le processus d’apprentissage pour l’exploitation du système de traite automatique GEA a été très simple, grâce à l’assistance assurée par l’entreprise et au fait que l’adaptation des animaux s’est faite très facilement. « En trois semaines, les vaches s’étaient déjà habituées au nouveau système », explique Douglas. « L’assistance fournie par GEA tout au long du développement de ce projet a été très conséquente et fondamentale pour rendre ce progrès récent possible. En plus de cela, l’entreprise, par l’entremise de son revendeur agréé, répond toujours très rapidement lorsque nous en avons besoin ou que nous avons des questions. Cette qualité de service est le complément idéal de tous les avantages offerts par le Monobox. »

Une solution intelligente et complète

Avec le Monobox, l’éleveur peut compter sur la solution la plus moderne qui soit pour la production de lait. Le robot exécute totalement des tâches répétitives qui ne tolèrent pas les erreurs, comme la fixation des gobelets trayeurs, la stimulation des pis, le nettoyage et le pré-trempage, le séchage, les premiers jets, la traite et le post-trempage. Tout se déroule au cours d’un processus uniforme, rapide et confortable, qui a lieu dans le gobelet trayeur. 

« GEA a effectué un projet de flux guidé pour la ferme de Godallatte. Résultat, lorsque les vaches quittent l’aire de repos pour aller manger, elles doivent passer par des portails intelligents qui les dirigent vers la traite ou vers l’alimentation » explique E. Schilling. « Le portail intelligent est programmé pour identifier les vaches qui sont déjà passées à la traite et toutes ces opérations peuvent être surveillées à distance par l’éleveur », conclut le responsable de GEA.

Retour