Traitement des eaux de sentine

Tous les bâtiments, qu'il s'agisse de porte-conteneurs, de pétroliers ou de transporteurs de fret, produisent des eaux de sentine qui posent un gros problème d'élimination. L'IMO (International Maritime Organization) établit que les eaux de sentine ne peuvent être déversées dans la mer que si leur teneur résiduelle en hydrocarbures est inférieure à 15 ppm. BilgeMaster de GEA satisfait largement à cette valeur limite. Les hydrocarbures extraites par le processus de séparation sont recyclées et peuvent être utilisées pour de nombreuses applications.

Que sont les eaux de sentine ?

Les eaux de sentine sont générées par des fuites d'eau salée, d'eau de refroidissement, de carburant ou d'huile de lubrification, par l'égouttage des réservoirs de sédimentation et de boues, par l'écoulement provoqué par différents processus de nettoyage, ainsi que par des particules de suie et de saleté. Avant de penser à déverser ces eaux dans la mer, les règlementations IMO établissent que ce mélange explosif doit être traité de manière intense, jusqu'à ce que sa teneur résiduelle en hydrocarbures soit inférieure à 15 ppm. Cette pollution minimale ne peut toutefois pas être assurée de manière économique, à l'aide des techniques de séparation conventionnelles.

Jusqu'à une teneur en hydrocarbures de < 5 ppm

Le système BilgeMaster de GEA est la solution. Les séparateurs de ce système peuvent traiter de 200 à 7000 litres par heure, et même les versions standard ramènent la teneur résiduelle en hydrocarbures sous le seuil minimum obligatoire. Dans des conditions normales d'admission d'eaux de sentine, la teneur résiduelle en hydrocarbures dans les effluents d'eau pure est de 10 à 12 ppm. Les unités complémentaires permettent de réduire la teneur en hydrocarbures à < 5 ppm, ce qui permet donc de déverser l'eau dans la mer.

Les hydrocarbures recyclées peuvent alors être facilement réutilisées.

L'avantage économique de ce système de séparation hydrocarbures-eau réside dans la nature particulièrement durable de l'investissement. Les hydrocarbures recyclées au terme du processus de séparation peuvent par exemple être réutilisées comme carburant. L'huile de lubrification récupérée peut être utilisée comme fuel pour générer de la chaleur. De plus, le système est auto-nettoyant et conçu pour fonctionner sans supervision : aucun membre de l'équipage ne doit s'en occuper. D'autre part, les méthodes alternatives comme la séparation statique à l'aide de réservoirs de sédimentation ou de filtrage requièrent par exemple un nettoyage manuel périodique coûteux ou le remplacement des filtres. De plus, des produits chimiques sont également souvent nécessaires. Ils ne sont pas chers, mais ils peuvent eux aussi représenter un danger pour l'environnement.